Trois mois sur la route (mon voyage avec La plus jeune des frères Crimson)

Trois mois, déjà, que « La plus jeune des frères Crimson » est sortie chez Quadrature.

Quelques jours avant sa publication, je racontais dans un autre article  la route que j’ai suivie pour que ce projet devienne réalité. Les rencontres, surtout, qui ont jalonné cette route.
Je concluais « l’aventure ne fait que commencer, et de nouvelles rencontres s’annoncent ».

Force est de constater que je fais un sacré prophète !

Une belle collection de premières fois et de nouvelles rencontres se sont accumulées ces trois derniers mois. De nouveaux jalons sur cette route maintes fois empruntée par d’autre mais encore toute neuve pour moi.
J’ai de la chance. Tous ces souvenirs, ces émotions. Tout ça rien que pour moi…

* Le premier retour que te transmet ton éditeur de la part d’une lectrice inconnue (paraît que j’ai gâché sa nuit en ne lui laissant pas reposer mon bouquin avant de l’avoir terminé)

* La première fois que tu es coup de cœur d’une librairie (avec le petit carton écrit de la main de la libraire)

Vivement Dimanche !

* La première fois que tu découvres ton bouquin sur Babelio (comme les vrais, ceux que tu lis, avec des étoiles que les gens lui mettent)

* Ta première rencontre en librairie (le grand jeu, avec interview, lecture par un comédien, et dédicaces – merci à Maya de Vivement Dimanche)

Lecture Vivement Dimanche

* Ton premier salon (dans le cloître du Lycée Henri IV à Paris, tant qu’à faire), et ta première rencontre avec d’autres auteurs Quadrature (la certitude maintenant qu’un auteur est forcément quelqu’un de bizarre, peut-être pas humain, un test ADN s’impose)

Salon du livre Henri IV

* La première acquisition de ton bouquin par une bibliothèque (et là, incroyable, tu découvres que la bibliothèque en a carrément acheté trois, et qu’en plus il y a des gens qui réservent ton bouquin)

* Et puis, et c’est carrément le truc plus incroyable, les chroniques des blogueurs et des revues, qui sûrement se sont trompés de bouquin pour en dire autant de bien, pour croire autant en toi, qui découvrent à propos de ce que tu écris des filiations, des influences, dont tu n’avais pas conscience mais qui, à la réflexion, sont bien possibles.

Quelques extraits (parce que l’auteur ne s’en lasse pas, et que ce sont de formidables moteurs pour te faire avancer encore sur la route)

« Les nouvelles de Thierry Covolo sont diablement bien ficelées ! En quelques pages il crée une ambiance, des personnages consistants que l’on aimerait connaître ou bien fuir ; et chaque chute nous réserve une surprise. Bravo, on en redemande ! »
Librairie Vivement Dimanche

« La plus jeune des frères Crimson est un recueil qui montre à la fois la face cachée et la face visible du monde. Placées dans une autre époque, et dans un pays qui n’est pas le nôtre, ces nouvelles nous touchent, comme si ces événements avaient lieu près de chez nous, tant elles sont porteuses de vérités. »
Prop(r)ose

« Dans une atmosphère de roman noir américain, Thierry Covolo, nous réserve de beaux personnages aux multiples facettes. Suivez-les sur la route 66. »
Sur la route de Jostein

« Thierry Covolo […] pirouette, retourne les situations d’une simple phrase, d’un simple mot, et nos a priori explosent. »
Le blog de Yv

« Souvent tendres, ces nouvelles oscillent entre des sentiments contradictoires pour notre plus grand régal. […] Les projets, les certitudes s’envolent et, chaque nouvelle est un nouveau monde. Là encore, l’auteur sort du lot des nouvellistes. »
Les chroniques de Goliath

« L’auteur aime souffler le chaud et le froid, le ton pouvant osciller d’un drame pur à des scénettes quasi comiques. On passe par différents états tout au long de la lecture avec à chaque dénouement une micro surprise ou une situation finale qui vous tétanise et provoque la réflexion. […] ce recueil est une véritable pépite dans son domaine. »
Le capharnaüm éclairé

« Thierry Covolo a un talent d’écriture indéniable pour nous faire vivre des histoires extraordinaires. C’est une plume que j’espère pouvoir lire à nouveau et dont on n’a pas fini de parler, j’en fais le pari.»
Une femme et des livres

« Si tu ne dois lire qu’un recueil de nouvelles cette année je te conseille fortement d’acquérir La plus jeune des frères Crimson. Si tu veux assister à l’éclosion d’un nouveau talent, si tu es comme moi fan d’une certaine Amérique, n’hésite pas une seconde. »
Franck’s Books

Quelques agacements, aussi, parce que quand même on est dans la vraie vie, et que dans la vraie vie on ne croise pas que des bisounours.
Agacement, un peu, à propos de certaines librairies indépendantes qui renvoient leurs clients vers la FNAC plutôt que sortir de leur petit confort en commandant auprès d’un éditeur indépendant.
Agacement, beaucoup, à propos d’Amazon qui capte par ses pubs bien placées une partie des commandes impulsives générées par les critiques des blogueurs, envoie au bout d’un mois à ses clients un mail d’excuse pour le délai, puis finit par annuler la commande, sous prétexte que l’éditeur ne livre pas…  une commande qui ne lui a en réalité jamais été transmise.

La route ne s’est donc pas terminée le 10 mai, jour de sortie de « La plus jeune des frères Crimson ». Un peu grisé, on va même souhaiter qu’elle se poursuive encore un peu.

A suivre, donc…

Vous pouvez retrouver des extraits des nouvelles ainsi que l’intégralité des chroniques sur la page consacrée au recueil.

Publicités

Une réflexion sur “Trois mois sur la route (mon voyage avec La plus jeune des frères Crimson)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s